Qu’est-ce qu’un cypherpunk ? Qui sont ils ?

Qu'est ce qu'un cypherpunk ?
Temps de lecture :2 Minute, 57 Seconde

Cypherpunk est le nom d’un groupe de personnes qui s’engagent notamment pour la protection de la vie privée des personnes dans le domaine numérique. Pour ce faire, ils misent parfois sur l’utilisation de la cryptographie.

Satoshi Nakamoto a d’abord publié son livre blanc sur le bitcoin sur la liste de diffusion des « cypherpunks« . Mais qu’est-ce qu’un cypherpunk ?

Le wiki Cryptoanarchy apporte une réponse aux personnes désireuses d’en savoir plus. En synthèse, Un cypherpunk est donc :

Tout militant qui soutient l’utilisation généralisée d’une cryptographie forte et de technologies de protection de la vie privée comme moyen de changement social et politique

Tout a commencé avec un peu de mathématiques

Depuis la fin des années 1980, il existe un groupe informel d’individus qui se coordonnent précisément par le biais d’une liste d’e-mails afin d’atteindre l’objectif susmentionné. Ce mouvement a été favorisé par la découverte de la cryptographie asymétrique par Whitfield Diffie et Martin Hellman.

Le chiffrement : clé de voute des cypherpunks

L’asymétrie signifie que l’on n’utilise plus le même mot de passe pour le cryptage et le décryptage des données, mais que l’on dispose de deux mots de passe. Je vous invite à consulter notre article dédié qui vulgarise le chiffrement, rien de compliqué vous verrez. L’un est utilisé uniquement pour le chiffrement, on l’appel « clé publique ». L’autre est utilisé uniquement pour le déchiffrement, également appelé « clé privée ». Cette découverte a permis d’échanger des messages par des canaux de communication non sécurisés et d’être sûr qu’aucun intermédiaire ne puisse écouter les communications. La cryptographie à clé privée/publique est également abrégée par les lettres PGP. Ces lettres signifient Pretty Good Privacy. Il est presque impossible de déchiffrer un tel message.

Le développement d’une révolution technologique

Au début des années 1990, le mouvement Cypherpunk a reçu une idéologie formelle. Trois individus, Eric Hughes, Timothy C. May et John Gilmore, organisent des réunions régulières au sein d’un petit groupe dans la région de San Francisco. C’est à cette occasion que le nom « Cypherpunk » est apparu, en référence au mouvement cyberpunk, un courant dystopique de la littérature de science-fiction. En 1992, Timothy C. May a écrit un manifeste dans lequel il prédisait un monde marqué de manière décisive par les progrès technologiques. May était surtout motivé par des idées libertaires comme celles d’Ayn Rand.

La liste de diffusion Cypherpunk a attiré de nombreuses personnalités talentueuses et célèbres. Par exemple, le hacker et journaliste australien Julian Assange, qui a fondé la plateforme de divulgation WikiLeaks en 2006 et qui a vécu à l’ambassade d’Équateur à Londres entre 2012 et 2019, avant d’être arrêté. Ou Nick Szabo, qui est une personnalité connue de la communauté Bitcoin. Enfin, Satoshi Nakamoto lui-même s’est retrouvé parmi les cypherpunks et a publié en 2008 son légendaire livre blanc sur un « réseau de trésorerie électronique peer-to-peer ». Satoshi Nakamoto réalisait ainsi un rêve que les cypherpunks caressaient déjà depuis les premiers jours : un moyen de paiement électronique indépendant des États pour le monde numérique.

Effets des cypherpunks

L’existence des cypherpunks, le petit mouvement de San Francisco, a été remarquée. Les idées ont été propagées dans le monde entier et ont trouvé des adeptes. Coordonnés par la liste de diffusion et avec une forte cryptographie dans leur arsenal, les cypherpunks ont réussi non seulement à rester pertinents, mais aussi à franchir de nouvelles étapes. Avec l’invention du bitcoin, une étape importante a été franchie, qui a également fait sensation dans le monde établi.


TwiBow
Suivez-moi !

Suivez-nous sur les réseaux pour ne rien manquer de l’actu et des bons plans !

Twitter | Facebook | Discord

Fermer