Brûler des cryptomonnaies et des NFT est comparable à mettre le feu à des espèces ou à des œuvres d’art, bien que le processus soit un peu plus complexe que d’allumer une allumette ^^.

Mais pourquoi un projet de cryptomonnaie voudrait-il détruire ses propres tokens ? Il existe un certain nombre de raisons, que nous allons explorer dans cet article.

Qu’est-ce qu’un burn de token ?

Tout d’abord, en quoi consiste le « burn de token » ? L’acte de « brûler » un actif numérique consiste à l’envoyer à un endroit d’où il ne pourra jamais être récupéré, également connu sous le nom d’adresse de combustion, ce qui a pour effet de retirer l’actif numérique de la circulation en le verrouillant pour l’éternité.

Une adresse de combustion est un portefeuille numérique dont l’accès est tout simplement impossible parce qu’aucune clé privée n’y est associée. Pour l’image, c’est un peu comme une serrure pour laquelle on n’a jamais construit de clés. Les adresses brûlées sont aussi parfois appelées « eater addresses« .

L’envoi d’un token à une adresse de combustion supprime effectivement l’actif numérique de son approvisionnement global en empêchant l’actif d’être à nouveau échangé.

Brûler des tokens peut entraîner une augmentation du prix des tokens qui sont encore en circulation. Le prix d’un actif peut être considéré comme une relation entre l’offre et la demande. Si les investisseurs disposent d’une quantité d’actifs inférieure à la demande, le prix de l’actif sera plus élevé lorsqu’il sera négocié. Inversement, si l’abondance d’un actif ne répond pas à la demande, le prix de cet actif va souvent baisser. CQFD !

En synthèse, l’action de réduire l’offre de tokens par le burn de token peut créer un déséquilibre par rapport à la demande qui fait généralement monter le prix de la crypto en raison de la rareté accrue de l’actif.

Pourquoi certains protocoles brûlent leurs tokens

Certains projets crypto brûlent leurs tokens de la même manière que les entreprises rachètent leurs actions, absorbant le coût des actions et restituant de la valeur aux investisseurs sous la forme d’un prix plus élevé pour le titre. Pour cette raison, un projet brûlant des tokens peut être interprété comme une nouvelle positive, mais cela n’a pas toujours un effet immédiat sur les prix.

En effet, certains burn de tokens sont automatisées pour se produire régulièrement ou sont divulguées bien à l’avance, et sont effectivement intégrées dans la valeur de négociation d’un jeton bien avant le burn. Il est également possible que d’autres nouvelles concernant un actif numérique aient un effet plus important sur les mouvements de prix.

Prenons l’exemple d’Ethereum, la deuxième plus grande crypto-monnaie par capitalisation boursière. L’équipe a cherché à brûler de l’ETH comme une méthode de transition des utilisateurs vers son nouveau réseau de preuve d’enjeu (PoS) à partir de la preuve de travail (PoW). L’EIP-1559, une mise à jour introduite en août 2021, brûle l’Ethereum recueilli des frais associés à la vérification des transactions sur le réseau. À ce jour, cette mise à jour a permis de supprimer 2,9 milliards de dollars d’Ethereum (2,5 millions d’ETH) depuis son introduction, selon Watch the Burn.

A lui seul, le projet de métaverse Otherside de Yuga Labs (créateur de Bored Ape Yacht Club), a permis de brûler 157 millions de dollars d’Ethereum, les clients s’étant précipités pour minter des NFT Otherdeed.

Une autre crypto qui a introduit un mécanisme de burn est le token mème Shiba Inu (SHIB). En avril 2022, les développeurs de Shiba Inu ont lancé le portail SHIB Burning. Les personnes qui choisissent de brûler leurs jetons SHIB reçoivent en échange un autre jeton, le burntSHIB, qui leur permet de recevoir des récompenses en jetons ERC-20 RYOSHI.

Certaines stablecoins algorithmiques utilisent également la combustion comme méthode pour maintenir l’actif à un certain prix. Le mécanisme fonctionne en brûlant des token lorsque le prix de l’actif est bas afin de réduire l’offre et de mieux répondre à la demande. Souvent, les stablecoins algorithmiques mint davantage de la monnaie pour augmenter l’offre globale lorsque la situation inverse se produit.

Attention quand même. La viabilité du mécanisme algorithmique d’extraction par burn de stablecoins a été remise en question depuis l’effondrement de l’UST, le stablecoin de Terra, en mai, qui a vu la valeur de l’UST et du token LUNA utilisé dans le mécanisme d’extraction par burn chuter à presque zéro. À ce jour, aucun stablecoin n’a été en mesure de maintenir son prix de manière constante en utilisant uniquement des algorithmes ou des méthodes de combustion, hélas.

Certaines blockchains utilisent un système appelé « preuve de combustion » (Proof of Burn) pour vérifier les transactions et récompenser les mineurs qui envoient des crypto-monnaies aux adresses de combustion. Les mineurs obtiennent du protocole la permission d’écrire des blocs en envoyant des crypto-monnaies – qui peuvent être natives de la blockchain ou provenir d’autres sources, comme le bitcoin – à l’adresse de combustion.

Le Burn de NFT

Outre le burn de crypto classiques, il est également possible de brûler des tokens non fongibles (NFT). ET oui, certains projets NFT intégrent des mécanismes de combustion dans leurs projets. Voici quelques exemples de projets NFT qui ont utilisé la mécanique de burn de tokens :

  • Burn.art – Un projet qui utilise une crypto-monnaie appelée ASH. Le projet a été créé par le célèbre artiste NFT Pak et permet aux utilisateurs de brûler leurs NFT en échange d’ASH, ce qui augmente potentiellement la valeur des NFT de la même collection qui sont encore disponibles et donne aux utilisateurs l’accès à la plateforme.
  • WAGDIE – Une collection d’avatars pixellisés qui joue sur la phrase populaire dans la communauté crypto « we’re all going to make it » (« nous allons tous y arriver« ). Comme stratégie marketing non conventionnelle, WAGDIE a acheté un NFT de Mutant Ape qui valait des milliers de dollars et l’a brûlé en hommage à leur projet.

La propriété et le contrôle personnel sont au cœur des monnaies numériques et la possibilité de les brûler en fait partie. Pouvoir faire ce que l’on veut de ses actifs numériques est la clé des principes sur lesquels ils ont été initialement construits, même si cela signifie renoncer à sa propriété d’une manière qui garantit qu’ils ne verront plus jamais la lumière du jour.